000-99942

 

http://www.sportquick.com/dicostar/boxe-anglaise-35/louis-joe-14670.html#.VeMUIfntmko

 Louis Joe (1914-1981) USA.

Né le 14 Mai 1914 à Lexington, Alabama

Décédé le 12 Avril 1981

Carrière professionnelle : du 4 juillet 1934 au 26 octobre 1951.

Entraîneur : Jack Blackburn

Elu boxeur de l'année en 1936, 1938, 1939 et 1941 par Ring Magazine.

Considéré comme l'un des plus grands puncheurs, il est l'un des plus grands boxeurs de l'histoire qui a réussi l'exploit  de remporter 26 championnats du monde des lourds d'affilée. Il est resté invaincu d'août 1936 jusqu'à sa retraite en 1948.

Champion du Monde des lourds du 22 juin 1937 au 1 mars 1949.

72 Combats - 69 Victoires dont 55 avant la limite - 3 Défaites dont 2 avant la limite.

27 Combats en championnat du Monde - 26 Victoires de suite de 1937 à 1948 (le record en boxe dans une même épreuve) dont 23 avant la limite - 1 Défaite.

 

Fils d'un ramasseur de coton et une femme d'intérieur, Joe Louis s'intéressa à la boxe en 1924, lorsqu’il déménagea avec sa mère à Detroit. Il développa alors son physique en livrant des pains de glace.

Louis passa professionnel le 4 juillet 1934, remportant cette année-là ses 12 combats, tous disputés à Chicago, 10 par KO.

En 1935, il disputa 13 combats, aux Etats-Unis et au Canada, qu'il remporta et commença à être opposé à des anciens champions du monde des lourds, tels Primo Carnera et Max Baer.

Le 19 juillet 1936, il affronta l'ancien champion du monde, Max Schmeling , qui le mit KO au 12ème round. L'allemand avait étudié le style de Louis et avait trouvé une faille dans sa défense, ce qui lui permit de frapper durement Louis dans les premiers rounds.

Louis remporta ses 4 combats suivants, notamment contre les anciens champions du Monde Jack Sharkey et Eddie Simms.

Après 3 autres combats victorieux, Louis affronta le champion du monde des lourds, James Braddock, le 22 juin 1937. Louis fut envoyé au tapis dans le 1er round, avant de se relever pour devenir champion du Monde en mettant KO Braddock dans le 8ème round. Toutefois, il déclara après le combat, qu'il ne se considérerait pas champion du Monde avant d'avoir battu Schmeling. Louis conserva son titre trois fois, avant de se voir accorder une revanche contre Schmeling, le 22 juin 1938.

Cette fois, le combat déchaîna une frénésie des deux côtés de l'Atlantique et beaucoup de fans ont, dans le monde entier, vu ce combat comme un symbole : Louis représentant l'Américain et Schmeling  les Nazis, se battant pour l'Allemagne et la suprématie blanche.

Le combat se termina rapidement. Grâce à sa vitesse supérieure, Louis conserva son titre par KO au 1er round, vengeant sa seule défaite et réalisant ce qu'aucun Noir, à l'époque, n'aurait imaginé faire : devenir un héros national tant pour les blancs que les noirs. En effet, Louis étant noir, il devint un exemple pour le peuple noir. Mais en battant un boxeur allemand, Louis arriva à s'attirer la sympathie des blancs, chose très difficile à faire durant les années 30 et 40 aux Etats-Unis.

Louis nommé sergent-chef de l'armée des Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale, continua à défendre son titre jusqu'en 1942. Jusqu'en 1945, Louis a rejoint l'armée, devenant porte-parole national, invitant les jeunes hommes à rejoindre l'armée et ainsi aider leur pays. Il a avant tout participé à pas moins de 96 exhibitions à travers la monde lors de la Seconde Guerre Mondiale afin de soutenir le moral des troupes américaines.

Après quelques exhibitions en 1944 et 1945, Louis est remonté sérieusement sur le ring pour continuer à défendre son titre. Il semblait plus lent et ses meilleures années étaient derrière lui. Le 1 mars 1949, Louis annonça sa retraite.

En 1950, il annonça son retour et il lui a été promptement donné une chance de récupérer son titre. Mais le 7 septembre 1950, il fut battu aux points par Ezzard Charles, qui avait récupéré le titre laissé vacant par Louis. Après quelques combats victorieux, il affronta, le 26 octobre 1951, le futur champion du Monde, Rocky Marciano , qui le mit KO au 8ème round. Il prit alors sa retraite, ne disputant que des exhibitions.

Quelques années après sa retraite, un film sur sa vie, The Joe Louis story, a été tourné à Hollywood. Louis est resté très populaire jusqu'au crépuscule de sa vie, quand il commença à devenir malade, souffrant notamment de la maladie de Parkinson. Ruiné, il obtint un travail à l'hôtel Cesar Palace hôtel de Las Vegas, où il accueillait les touristes. Beaucoup de champions de boxe et de stars d'autres univers lui rendirent visite, et notamment son vieux rival, Max Schmeling . Ils devinrent des amis proches au cours des ces années, Schmeling lui envoya souvent de l'argent. Ils sont restés amis jusqu'à la mort de louis, Schmeling payant ses obsèques et fut un de ceux qui portèrent le cercueil.

Il fut champion du monde pendant 11 ans et 10 mois, avant d'abandonner son titre totalisant 25 défenses victorieuses entre 1937 et 1949. Il établit un grand nombre de records, toutes catégories confondues, et deux d'entre eux sont toujours d'actualité : celui du plus grand nombre de défenses victorieuses, et celui de la plus grande longévité, sans interruption, comme champion du monde.

Joe Louis est mort en 1981. Il a été enterré au cimetière militaire d'Arlington. Sa vie a incité un auteur à dire de lui : " Joe Louis est un héros de sa race, la race humaine".

Une statut, à la mémoire de Louis, fut érigée le 16 octobre 1986 à Detroit.

 

Tous ses combats professionnels

 

1934      
04-juil Jack Kracken Chicago Victoire par KO 1
12-juil Willie Davis Chicago Victoire par KO 3
30-juil Larry Udell Chicago Victoire par KO 2
13-août Jack Kranz Chicago Victoire aux points 8
27-août Buck Everett Chicago Victoire par KO 2
11-sept Alex Borchuk Detroit Victoire par KO 4
26-sept Adolph Wiater Chicago Victoire aux points 10
24-oct Art Sykes Chicago Victoire par KO 8
31-oct Jack O'Dowd Detroit Victoire par KO 2
14-nov Stanley Poreda Chicago Victoire par KO 1
30-nov Charley Massera Chicago Victoire par KO 3
14-déc Lee Ramage Chicago Victoire par KO 8
       
1935      
04-janv Patsy Perroni Detroit Victoire aux points 10
11-janv Hans Birkie Pittsburgh Victoire par KO 10
21-févr Lee Ramage Los Angeles Victoire par KO 2
08-mars Donald "Red" Barry San Francisco Victoire par KO 3
28-mars Natie Brown Detroit Victoire aux points 10
12-avr Roy Lazer Chicago Victoire par KO 3
22-avr Biff Benton Dayton Victoire par KO 2
27-avr Roscoe Toles Flint Victoire par KO 6
03-mai Willie Davis Peoria Victoire par KO 2
07-mai Gene Stanton Kalamazoo Victoire par KO 3
25-juin Primo Carnera New York Victoire par KO 6
07-août King Levinsky Chicago Victoire par KO 1
24-sept Max Baer New York Victoire par KO 4
14-déc Paolino Uzcudun New York Victoire par KO 4
       
1936      
17-janv Charley Retzlaff Chicago Victoire par KO 1
19-juin Max Schmeling New York Défaite par KO 12
18-août Jack Sharkey New York Victoire par KO 3
22-sept Al Ettore Philadelphie Victoire par KO 5
09-oct Jorge Brescia New York Victoire par KO 3
14-déc Eddie Simms Cleveland Victoire par KO 1
       
1937      
11-janv Steve Ketchell Buffalo Victoire par KO 2
29-janv Bob Pastor New York Victoire aux points 10
17-févr Natie Brown Kansas City Victoire par KO 4
22-juin James Braddock Chicago Victoire par KO 8
  (Championnat du Monde des lourds)
30-août Tommy Farr New York Victoire aux points 15
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1938      
23-févr Nathan Mann New York Victoire par KO 3
  (Championnat du Monde des lourds)
01-avr Harry Thomas Chicago Victoire par KO 5
  (Championnat du Monde des lourds)
22-juin Max Schmeling New York Victoire par KO 1
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1939      
25-janv John Henry Lewis New York Victoire par KO 1
  (Championnat du Monde des lourds)
17-avr Jack Roper Los Angeles Victoire par KO 1
  (Championnat du Monde des lourds)
28-juin Tony Galento New York Victoire par KO 4
  (Championnat du Monde des lourds)
20-sept Bob Pastor Detroit Victoire par KO 11
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1940      
09-févr Arturo Godoy New York Victoire aux points 15
  (Championnat du Monde des lourds)
29-mars Johnny Paychek New York Victoire par KO 2
  (Championnat du Monde des lourds)
20-juin Arturo Godoy New York Victoire par KO 8
  (Championnat du Monde des lourds)
16-déc Al McCoy Boston Victoire par KO 6
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1941      
31-janv Red Burman New York Victoire par KO 5
  (Championnat du Monde des lourds)
17-févr Gus Dorazio Philadelphie Victoire par KO 2
  (Championnat du Monde des lourds)
21-mars Abe Simon Detroit Victoire par KO 13
  (Championnat du Monde des lourds)
08-avr Tony Musto St. Louis Victoire par KO 9
  (Championnat du Monde des lourds)
23-mai Buddy Baer Washington Victoire par disqualification 7
  (Championnat du Monde des lourds)
18-juin Billy Conn New York Victoire par KO 13
  (Championnat du Monde des lourds)
29-sept Lou Nova New York Victoire par KO 6
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1942      
09-janv Buddy Baer New York Victoire par KO 1
  (Championnat du Monde des lourds)
27-mars Abe Simon New York Victoire par KO 6
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1944      
14-nov Johnny Davis Buffalo Victoire par KO 1
       
1946      
19-juin Billy Conn New York Victoire par KO 8
  (Championnat du Monde des lourds)
18-sept Tami Mauriello  New York Victoire par KO 1
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1947      
05-déc Jersey Joe Walcott New York Victoire aux points 15
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1948      
25-juin Jersey Joe Walcott New York Victoire par KO 11
  (Championnat du Monde des lourds)
       
1950      
07-sept Ezzard Charles New York Défaite aux points 15
  (Championnat du Monde des lourds)
29-nov Cesar Brion Chicago Victoire aux points 10
       
1951      
03-janv Freddie Beshore Detroit Victoire par KO 4
07-févr Omelio Agramonte Miami Victoire aux points 10
23-févr Andy Walker San Francisco Victoire par KO 10
02-mai Omelio Agramonte Detroit Victoire aux points 10
15-juin Lee Savold New York Victoire par KO 6
01-août Cesar Brion San Francisco Victoire aux points 10
15-août Jimmy Bivins Baltimore Victoire aux points 10
26-oct Rocky Marciano New York Défaite par KO 8
Copyright Sportquick/Promed
Joe Louis

Cet instituteur ne croit pas si bien penser en écrivant sur le carnet scolaire de son élève: «ce garçon fera sans doute quelque chose de ses mains.» Le gamin en question s’appelle Joseph Louis Barrow. Il est timide, calme et poli. Une dizaine d’années plus tard, le môme de Detroit est surnommé «The Brown Bomber», il est plus connu sous le nom de Joe Louis et est le meilleur boxeur de la planète. Cet arrière petit-fils d’esclaves est aussi le premier champion noir adulé par les blancs dans cette Amérique des années 30 où les siens sont encore soumis à la discrimination. «Ce que mon père a fait, c'est permettre à notre pays de penser à lui comme un Américain, non pas comme un noir", dira plus tard son fils Joe Louis Jr. 



Né le 13 mai 1914 dans une cabane à coton près de Lafayette (Alabama), Joe Louis est le septième des huit enfants de Lilly. Son père Munro, un descendant d’indien cherokee que sa femme croit mort, est interné en hôpital psychiatrique. A la maison, les revenus sont maigres et les enfants dorment trois par lit. Joe est apprenti d'ébéniste et il suit des cours de violon. A 17 ans, un copain le traîne à la boxe. Au Brewster’s Gym, il est pris en charge par Holman Williams. Lors de son premier combat, Louis va sept fois au tapis. Il ne connaîtra jamais plus un tel affront.

Il quitte les rangs amateurs en 1934, avec 50 victoires (43 KO) pour 4 défaites et un titre de champion des Etats-Unis des mi-lourds. John Roxborought, un parieur professionnel que l’on soupçonne de rackets, le découvre ce jour-là. Avec Julian Black, un patron de night-club, ils décident de le confier à Jack Blackburn, entraîneur au Trafton’s.



Le 4 juillet 1934, Jack Krackens (KO 1er) est la première de ses 22 victimes (18 KO) en 10 mois. Mais l’Amérique blanche, qui interdit des hommes de couleur dans ses équipes pro de football et base-ball, refuse de voir ce «nègre» en haut de l’affiche.

Nat Fleischer, le patron du Magazine The Ring, informe le puissant promoteur Mike Jacobs qu’un talent est né. Ce dernier lui ouvre les portes du Yankee Stadium oùLouis détruit Primo Carnera (KO 6e) et Max Baer (KO 4er), deux anciens champions du monde des lourds. Son direct du gauche et sa droite dévastatrice n’ont désormais plus de secret pour personne. Son jeu défensif et ses déplacements impressionnent les spécialistes. Rien ne semble pouvoir arrêter le bombardier noir (1,88 m), désormais candidat au titre mondial détenu par Jim Braddock.

Mais Louis se voit proposer l’Allemand Max Schmeling comme ultime test. En ce mois de juin 1936, les bruits de bottes des nazis ont traversé l’Atlantique et provoqué une tension entre les deux pays. Sur le ring du Yankee Stadium, elle se ressent aussi. La pluie menace, mais se sont les coups qui pleuvent sur Louis. Envoyé au tapis au 4e round, il cède dans le 12e et pleure dans son vestiaire. A 22 ans, le vaincu doit remonter la pente. Il envoie Jack Sharkey à la retraite (KO 4e) et bat six autres opposants pour gagner le droit de défier Braddock. Le 22 juin 1937 au Comiskey Park de Chicago, il endort «The Cinderella Man» au 8e round et s’empare du titre mondial des lourds 29 ans après Jack Johnson. Mais un défi le hante: retrouver Schmeling. Le 22 juin 1938, Louis prend sa revanche en un peu plus de deux minutes et répond aux souhaits du président Roosevelt: «nous avons besoin de vos muscles pour battre l’Allemagne». Il quitte le ring en héros, distinction auparavant uniquement réservée aux blancs.

Ses défenses de titre atteindront le record de vingt-cinq pour une invincibilité de plus de 11 ans et huit mois jamais égalée. En 1942, peu après l’attaque de Pearl Harbor, Joe Louis est volontaire pour enfiler l’uniforme. Il devient le symbole de l’unité nationale durant la seconde guerre mondiale. Le sergent Barrow multiplie les exhibitions dans les camps américains et verse deux de ses bourses à des fonds de secours militaires. Mais le champion sort fatigué de cette guerre. Agé de 31 ans et après trois divorces, il doit également faire face à des soucis financiers. Ses bourses lors des combats contre Conn (KO 8e lors de la revanche), Mauriello (KO 1er) et Walcott (aux pts et KO 11e) ne suffisent pas à combler ses dettes auprès des impôts. Il annonce sa retraite des rings le 1er mars 1949, mais revient sur sa parole. Battu par Ezzard Charles (aux pts), titre mondial en jeu, il s’entête avant de s’effacer définitivement devant Rocky Marciano (KO 8e), avec un palmarès de 68 victoires (54 avant la limite) pour 3 défaites.

Dès lors, Joe Louis entame une carrière de catcheur pour tenter en vain de rembourser le million de dollars aux trésoriers de l’état. Interné en 1970 à Denver pour troubles psychiatriques, il reçoit le soutien du Caesars Palace qui le loge dans une villa en échange de relations publiques. Mais le grand Joe est vaincu par une attaque cardiaque le 12 avril 1981 à 66 ans. La veille, il avait reçu une standing ovation lors du combat Holmes - Berbick.
Thierry Raynal

http://www.lenobleart.com/rep1/dsp2.php?art=99&question=joe%20louis